Makri : La France doit reconnaître ses crimes coloniaux

Le président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), Abderrezak Makri, a indiqué vendredi à Relizane que « la France doit reconnaître ses crimes coloniaux et s’excuser auprès des Algériens ».

M. Makri a considéré, lors d’un meeting tenu à l’occasion du 8 mai 1945 et de la « Nekba » palestinienne, coïncidant avec la journée des massacres du 8 mai, 1945, que ces massacres sont « le pire génocide perpétré par le colonialisme contre le peuple algérien et l’humanité toute entière ».

Pour lui, ce sont des « crimes collectifs qui ont été commis contre le peuple, alors qu’il avait organisé une marche pacifique pour exprimer son refus du colonialisme ».

M. Makri a ajouté que « la France a fait l’erreur en pensant que ses crimes seront oubliés avec le départ de la génération de la Révolution de novembre et les moudjahidine, balayant d’un revers de la main cette thèse. « Les nouvelles générations, celles de l’indépendance, sont les plus tenaces et les mieux armées des principes et valeurs de novembre 1954″, a-t-il soutenu.

Le président du MSP a réitéré son soutien indéfectible à la cause palestinienne, soulignant que la question d’El Qods et de la Mosquée El Aqça sont une « question fondamentale pour les musulmans en général et pour le Mouvement de la société pour la paix en particulier », affirmant que sa formation politique « continuera à soutenir la cause palestinienne jusqu’à ce que la Palestine aura son indépendance ».

M. Makri a appelé à un travail soutenu et à la conjugaison des efforts entre les pays du Maghreb arabe et ceux du Nord, pour venir en aide à l’Intifadha (soulèvement d’El Qods) contre l’ennemi israélien et la libération de la Palestine occupée.

Il a appelé, par ailleurs, à la liberté d’expression et de la presse, considérant que « le principe de la liberté d’expression est l’une des preuves tangibles qui consacrent la démocratie dans les faits et son enracinement dans les pays », assurant que « les sociétés qui disposent d’institutions d’information libres et crédibles sont des sociétés immunisées contre la tyrannie et la corruption ».

Makri à Relizane Mai 2016 1

Makri à Relizane Mai 2016 2

Source de l’article : APS

Si vous avez aimé cet article, partagez-le !

Laisser un message

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*